MAGOUILLE OU COMBINE: » Une influente femme algérienne, condamnée à des années de prison ferme »

En effet ce mercredi 14 octobre 2020, la sentence est tombée, le verdict a été donné, l’influente femme d’affaires algérienne Zoulikha Nachinachi écope de 12 ans de prison ferme.

Le calvaire de Mme Nachinachi a commencé en juillet 2019(3 mois après la démission de l’ex président algérien Abdelaziz Bouteflika) après la découverte d’une véritable caverne d’Ali Baba lors d’une perquisition à son domicile à Moretti, une résidence d’Etat dans la banlieue huppée d’Alger. Les enquêteurs avaient saisi chez elle près de 800 000 euros en dinars algériens, 270 000 euros, 30 000 dollars, et 17 kg de bijoux en or.

Son seul péché a été d’être perçu par la société algérienne depuis des années comme la fille cachée de l’ex président Abdelaziz. Une information qu’elle a démenti au tribunal lors du procès en précisant le fait que son défunt père avait une relation amicale fusionnelle avec l’ex-président Abdelaziz Bouteflika bien avant que ce dernier ne prenne le pouvoir en 1999. Elle avoue aussi que cette relation amicale , lui a bien valut quelques avantages pour ses projets d’investissements.

Malgré toutes tentatives des avocats de La Défense, Zoulikha Nachinachi ; bien connue sous le nom de “Mme Maya” ,est condamnée à 12 ans de prison ferme, une amende et la saisie de ses biens pour blanchiment d’argent , trafic d’influence, dilapidation de deniers publics et transfert illicite de devises vers l’étranger.

Mme Maya et ses deux filles doivent, selon le verdict, verser 600 millions de DA de dédommagement au Trésor public.

Plusieurs ministres, hauts fonctionnaires et hommes d’affaires ont été condamnés pour corruption, y compris le frère âgé de l’ancien président, Saïd Bouteflika, depuis sa démission en avril 2019 sous la pression des manifestations de masse de rue contre son règne de deux décennies.

Serait ce le début d’une nouvelle ère pour l’Algérie qui depuis quelques années connaît une crise politique paralytique, l’on espère vivement un changement positif de cette situation pourque l’Algerie reprenne de plus belle.

Maguilwè DJAFALO

 

iconeafrique.com