Football : Patrick Mboma laisse planer un gros doute sur la tenue de la CAN 2021 au Cameroun

Alors qu’il devait accueillir la CAN 2019, qui s’est tenu du 21 Juin au 19 Juillet 2019, le Cameroun s’est vu retirer l’organisation au profit de l’Égypte. Et pour cause, le pays des lions indomptables n’était pas prêt pour accueillir la plus prestigieuse des compétitions africaine. Pour atténuer la frustration des camerounais, la CAF a jugé bon de confier l’organisation de la CAN suivante au Cameroun en espérant qu’il sera prêt pour cette dernière.

Mais à la veille du démarrage des qualifications pour la Coupe d’Afrique des nations  2021, de nombreuses questions se posent quant à l’avancée des travaux et l’on en arrive à remettre en cause la capacité du Cameroun à être prêt pour l’événement.

C’est d’ailleurs un natif du pays, anciens joueur de l’équipe nationale du Cameroun, aujourd’hui consultant à Canal Plus, qui fait un constat tout à fait lucide sur l’état des lieux. Patrick Mboma de passage en Côte d’Ivoire s’est prononcé sur l’organisation de la CAN 2021. L’ancien numéro 10 des lions indomptables est très peu optimiste sur le fait que son pays sera prêt à 100% pour abriter ce grandissime événement continental tout en se montrant rassurant sur la capacité du Cameroun à l’organiser. « Le Cameroun est en retard par rapport à ses infrastructures (sportives) même si à ce niveau je ne m’inquiète pas trop. Mais, il y a les routes, les aéroports… J’ai bien peur que les travaux ne reprennent pas. Il faut donc construire et faire mieux », a-t-il déclaré.

Ces propos viennent renforcer les doutes des observateurs et conforter la thèse d’un plan B évoqué par le ministre algérien de la Jeunesse et des Sports, Abderraouf Bernaoui qui annonçait il y a quelques jours, que la Confédération Africaine de Football a  « demandé à l’Algérie de se tenir prête pour la CAN 2021 ».

Même si rien n’est encore confirmé, tout porte à croire que le retard dans les travaux ayant conduit au retrait de l’organisation de la CAN 2019 au Cameroun, se répète pour l’édition 2021.

 

Paul Dahoune