Des élèves tués par balle au Cameroun, le cauchemar de la crise anglophone.

La situation dégénère à Kumba, ville de la région du sud-Ouest de la partie anglophone du Cameroun.

Un responsable local de l’éducation a déclaré que les victimes (six enfants tués et une douzaine blessée )étaient âgées de 12 à 14 ans, en effet le samedi 24 octobre 2020 vers midi des hommes armés circulant à bord de motos ont pris d’assaut l’école <<Mother Francisca>> dans la region sud-Ouest de la dites Ambazonie. Les autorités locales pensent que cet acte est l’œuvre des sécessionnistes anglophones, une déclaration assez mitigée car comment se fait-il que des revendicateurs de l’autonomie de ladite région, puissent s’en prendre en mal à la région elle même d’autant plus que les écoles viennent de rouvrir après 4ans de fermeture dans cette partie anglophone du Cameroun à cause de ladite crise négligée par les dirigeants du pays et des instances internationales.

sol couvert de sang des victimes

Très largement francophone, le Cameroun comprend actuellement dix régions dont deux majoritairement anglophones, le nord-ouest(chef lieu Bamenda et le sud-Ouest ( chef lieu Buea). Les anglophones représentent environ 20% des 23 millions d’habitants . Ces 2 régions, les indépendantistes l’on baptisé l’ Ambazonie

 

La crise anglophone qui agite actuellement le Cameroun tire son origine de l’histoire politique mouvementée de ce pays d’Afrique centrale, ancienne colonie allemande divisée après la première guerre mondiale entre français et britanniques. La partie anglophone du Cameroun se sent lésés, marginalisés voire discriminés , depuis plusieurs années, elle revendique son autonomie , son indépendance, ce qui ne fait pas bonne affaire pour le président Biya et ses collaborateurs dont le pays est à la fois membre de la francophonie et du Commonwealth, ces derniers rejettent donc cette démarche.


Il faut aussi noter que les anglophones se plaignent de pas voir la couleur de l’argent des ressources exploitées chez eux, à commencer par le pétrole.
Les séparatistes exigent en priorité l’utilisation de l’anglais dans leur région contrairement à la situation actuelle qui est davantage en désavantage des populations anglophones de l’Ambazonie. Auront-ils cette indépendance dont les revendications se sont intensifiées depuis l’année 2016 pourque enfin la paix puisse régner au Cameroun? La nuit est longue mais le jour vient.

 

Maguilwè DJAFALO

ICONE AFRIQUE