Côte d’Ivoire/Musique : Et si DJ Arafat n’était pas mort ?

Des déclarations de ses nombreux fans, aux rumeurs incessantes en passant par le reportage de Radio France Internationale dans son journal, la mort de DJ Arafat demeure encore une véritable énigme.

De son vivant, le Daïshikan comme il se faisait appeler, était un grand adepte du buzz et il le fait encore plus après sa mort. Abonné aux frasques à répétition, il était capable de casser l’assiette sur la tête de sa compagne et d’insulter la moitié du show-biz ivoirien si celui-ci osait le critiquer et lui dire comment se tenir.

Dès l’annonce de sa mort, nombreux sont ceux qui n’y croyaient pas vraiment, et quoi de mieux que ces rumeurs qui enflamment de plus en plus la toile pour les réconforter dans leur croyance ou dans leur « non croyance » devrait-on dire. En effet, depuis quelques temps, tout semble indiquer que DJ Arafat ne soit pas mort parce que son corps n’ayant pas clairement été identifié. D’après les défenseurs de cette théorie, le corps qui a été présenté comme étant celui de la star ivoirienne serait celui d’un jeune homme décédé suite à un accident quelques heures avant celui d’Arafat. Les doutes sur la mort du roi du coupé décalé se sont accentués dès lors que RFI a dans son journal, parlé des rumeurs et fait part des doutes sur la supposée mort du chanteur.

Outre ces faits, l’on peut aussi parler de ce pasteur qui promettait ressusciter le Yôrôbô si le corps de celui-ci lui était confié, ce qui n’a pas été fait. Et que dire de la dame « charlatan » qui affirme ne pas pouvoir entrer en contact avec l’esprit d’Arafat DJ depuis l’annonce de sa mort, alors qu’elle le fait toujours avec toute personne qui quitte le monde des vivants!

Une chose est sûre, DJ Arafat a fait et continue de faire le buzz bien qu’on dise qu’il soit mort. Vivement que ce flou dans lequel nous sommes actuellement finisse pas s’éclaircir et que le Daïshikan repose en paix s’il est vraiment mort, ou qu’il continue de nous régaler de sa musique et de ses coups de gueule s’il est vivant.

 

Paul Dahoune

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *